Profil de Puissance

Grâce aux capteurs de puissance, il est possible d’enregistrer les records de puissance sur quelques secondes à plusieurs heures. En collectant l’ensemble de ces données via des outils spécialisés (Velobook, WKO4), nous pouvons établir le Profil de Puissance Record (PPR; Pinot & Grappe, 2011) ou le Mean Max Power (MMP; Coggan, WKO4, …).  Le PPR regroupe différentes zones d’intensités :

  • l’explosivité (quelques secondes)
  • la tolérance lactique (30 à 60 secondes)
  • la Puissance Maximale Aérobie (2 à 10min)
  • le seuil (20 à 60min)
  • l’endurance (1h à plusieurs heures)
Profil de Puissance Record (Grappe & Pinot ; 2012)

Le Profil de Puissance Record : une courbe individualisée

Chaque cycliste a donc un PPR différent, en fonction de ses points forts et de ses points faibles. En fonction des qualités de chacun, les zones du profil de puissance vont être différentes…

Julien Pinot a comparé 3 catégories de cyclistes : les grimpeurs, les rouleurs et les sprinteurs :

Profil de Puissance selon la spécialité (Pinot, 2011)

 

Les grimpeurs auront donc des qualités de PMA, seuil et endurance plus élevées que les autres.. Les sprinteurs ont eux des puissances records élevées dans la catégorie explosivité contrairement aux grimpeurs.  Les rouleurs ne sont pas trop mauvais au sprint, et possèdent de bonnes données au seuil et à PMA.

WKO4 (qui est dévelopé par TrainingPeaks) ont collecté de nombreuses données et proposent maintenant une fonction phénotype : avec les records, ils catégorisent les athlètes. Il faut bien entendu un certain recul et de nombreux fichiers pour obtenir quelque chose de valide. Cela permet d’obtenir une idée ou une confirmation sur les qualités du cycliste. 

Le profil de puissance permet donc de connaître le potentiel physique de l’athlète. Il permet un suivi mensuel, de différencier les entraînements et les compétitions où d’autres aspects de la performance peuvent influencer… En fonction des objectifs, le binôme entraîneur/entraîné savent dans quelles zones travailler. 

 

 

Bibliographie :

Laisser un commentaire

Fermer le menu