Suivi de charge d’entraînement ATL CTL TSB

Bien que j’ai abordé ce sujet dernièrement lors d’un autre post, je vais revenir sur l’utilisation des métriques développées par A. Coggan pour le suivi de la charge d’entraînement en cyclisme.

La FTP, l’élément clé

Pour bien commencer, toutes ces métriques ont été développées par Andrew Coggan (docteur en Physiologie), un américain qui a souhaité développer tout un concept autour de l’utilisation de la puissance.

La pierre angulaire de sa méthode est la FTP : Functional Threshold Power. La FTP correspondrait à la puissance que l’on pourrait tenir sur 1h.
Il existe plusieurs méthodes pour calculer/obtenir cette FTP : test 1h, test 20minutes, utilisation du PPR, mFTP de WKO.

Analyse d’un test 20 minutes sur Nolio

Les autres métriques sont pour la plupart calculées à partir de cette FTP, donc une simple variation de quelques watts peut entraîner des plus ou moins grandes variations.

Le calcul des TSS

Pour obtenir ces fameux TSS il faut encore calculer deux autres métriques.

La Puissance Normalisée (Normalized Power – NP): c’est une mesure qui prend en compte les variations d’intensités au cours de la sortie. Plus l’effort est lisse, plus la puissance moyenne et puissance normalisée seront proches.
Elle est calculée par les logiciels ou compteurs via cette formule :
NP = moyenne(somme(P_moy30^4)))^(1/4)

Deuxième métrique nécessaire au calcul des TSS, l’IF pour Intensity Factor. L’IF est le rapport de la NP / FTP. Plus on se rapproche de 1 plus la sortie a été intense.
IF = NP / FTP
Si l’IF est >1 lors d’une sortie d’1h ou plus, c’est que la FTP n’est pas correctement définie.

Les TSS sont donc calculés via toutes ces métriques.
TSS = (durée (s) x NP x IF) / (FTP x 3600) x 100

Quelques indications pour évaluer les TSS :
– Entre 0 et 150 TSS: entraînement peu intensif, fatigue minime
– Entre 150 et 300 TSS: entraînement un peu plus intensif, signes de fatigue possible les jours suivants
– Entre 300 et 450 TSS : entrainement intensif, les effets de l’entraînements se font sentir après la séance
– Au-dessus de 450 TSS : entraînement très intensif…

Il faut donc une FTP correctement « estimée » pour que toutes les métriques suivent de manière juste.

Le suivi de la charge

Trois métriques ont été mises au point par Coggan concernant le suivi de la charge d’entraînement: ATL, CTL et TSB .

Le CTL (Chronic Training Load) est la moyenne des TSS sur les 42 derniers jours. Cela correspond à l’aptitude.
CTL = CTL(d-1) + [TSS-CTL(d-1)]*[1 – exp^(-1/42)]

L’ATL (Acute Training Load) est la moyenne des TSS sur les 7 derniers jours. Il correspond à la fatigue .
ATL = ATL(d-1) + [TSS-ATL(d-1)]*[1 – exp^(-1/7)]

Le TSB (Training Stress Balance) c’est tout simplement la différence entre CTL et ATL.
TSB = CTL – ATL
Aux alentours de 0 l’athlète est en forme, en-dessous de 0 signifie charge d’entraînement ou sur-entrainement et au-dessus de 0 signifie manque d’entraînement ou coupure …

Suivi des métriques de Coggan via Nolio

Toutes ces métriques sont donc calculées à partir des données de puissance. Uniquement les watts sont pris en compte pour obtenir ces différentes valeurs. Il est donc essentiel d’avoir un capteur de puissance à l’entraînement et course, qu’il soit correctement calibré, reproductible et fiable.

Nolio & WKO5 sont deux outils qui permettent d’obtenir ces métriques. Ces outils utilisent les données pour obtenir un graphique. Les courbes représentent le suivi de l’entrainement en cyclisme : fatigue et forme (où une indication).

Si vous souhaitez découvrir et utiliser Nolio, passez par ce lien. En cas de souscription à un compte premium vous profiterez d’une remise sur l’abonnement.

Laisser un commentaire